La Première République

page 1- page 2

 

Les armées de la Première République

France révolutionnaire recueille l'héritage militaire de la monarchie ; elle y ajoute la "levée en masse", d'où l'armée nationale aux énormes effectifs rarement vus dans l'histoire des armes.

En fin d'année 1791, la guerre est inévitable. Nos frontières sont directement menacées et l'armée est en pleine anarchie. La plupart des officiers émigrent, la discipline n'existe plus. Après un essai décevant de militarisation de la garde nationale, on a recours à l'appel des volontaires ; mais, dès 1792, bien peu sont de véritables volontaires, les autres sont réquisitionné".

Officier de grenadiers de la garde nationale de Paris, 1790

Officier de grenadiers de la garde nationale de Paris, 1790

En 1793, devant l'immensité du péril de toute l'Europe coalisée, la République proclame la "Patrie en danger" et décrète la levée en masse. Les bataillons de "volontaires" sont incorporés dans les vieux régiments, c'est "l'amalgame" qui redonne à l'armée un peu de discipline et d'instruction. L'exécution en est l'oeuvre magistrale de Lazare Carnot qui réussit le tour de force de mettre sur pied en quelques mois près d'un million d'hommes, répartis en quatorze armées.

En dépit de leurs imperfections, ces armées en haillons sont animées d'un magnifique élan patriotique et pleines d'enthousiasme. Elles entretiennent chez le soldat initiative, don de soi, esprit de sacrifice. Leurs forces morales sont très supérieures à celles de leurs adversaires.

En 1795, toutes les armées ennemies ont été non seulement rejetées au-delà des frontières mais quatre armées françaises victorieuses bordent le Rhin, de la Suisse à la Mer du Nord : "Campagnes sans exemple dans les annales du monde", déclara le ministre anglais Fox.

Le brigadier Roux
Le brigadier Roux, du 5e dragons vers 1800,
Gravure d'aprés Lejeune

La foudroyante campagne d'Italie de 1796-1797, celle de Lodi, Arcole et Rivoli, proclame à l'Europe le génie militaire d'un jeune général, Napoléon Bonaparte. Après l'intermède de l'expédition d'Egypte, Bonaparte, devenu Premier consul de la République, s'auréole d'une nouvelle gloire au cours de la deuxième campagne d'Italie, celle de Marengo qui inspira au général prussien von Bülow cette réflexion :

"Toute cette campagne est une suite de prodiges ; elle semble être le résultat de causes inconnues, j’oserais même dire surnaturelles, marquées par une providence impénétrable pour opérer de grands changements sur la terre......"

En 1802, un "Traité définitif de paix" signé à Amiens mettait fin à dix ans de guerres. Il ne devait pas durer deux ans...


Caisse de Tambour du Régiment d'infanterie Royal-Roussilloon
Il est en bois peint aux armes de  France drapeaux du régiment
Il date de 1756

 

page 1- page 2

Suivez nous

© 1997-2012
Conflits & Stratégie
Tous droits réservés