Le Premier Empire

page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5

 

Les salles du Premier Empire

Cinq salles ont été consacrées à l'histoire de l'épopée impériale. La première salle bénéficie du cadre de la salle d'honneur du château, ornée de sa cheminée monumentale de style gothique flamboyant construite à la fin du XVe siècle. Les objets et documents exposés décrivent au visiteur les différentes formations de l'armée napoléonienne, prélude aux salles suivantes consacrées aux campagnes.

La salle d'honneur, prélude à l'épopée napoléonienne

La salle d'honneur, prélude à l'épopée napoléonienne

Le regard est tout d'abord attiré par une série d'emblèmes disposés de part et d'autre de la salle, précieux drapeaux et étendards de la Garde impériale, de la Garde royale italienne , de l'infanterie et de la cavalerie, certains remis par l'Empereur au cours de la cérémonie de la Distribution des Aigles au Champ de Mars, le 5 décembre 1804. La plupart d'entre eux ont vu le feu dans de célèbres batailles : Austerlitz, Iéna, Eylau, Wagram, la Moskowa, Lutzen, Bautzen, Leipzig...

Quartier-maître du bataillon de marins de la Garde impériale

Quartier-maître du bataillon de marins de la Garde impériale

Sur la gauche de la salle, en regardant la cheminée, la Garde impériale est présentée en trois vitrines : l'infanterie dont les pièces les plus remarquables sont les souvenirs du général Dorsenne, commandant les grenadiers à pied ; la cavalerie, avec l'habit du général d'Ornano, commandant les dragons ; l'artillerie, les marins et la Garde royale italienne.

Grenadier à pied de la Garde impériale

Grenadier à pied de la Garde impériale

Sur la droite, deux vitrines décrivent en détails les différentes pièces d'habillement, l'armement, l'équipement portés par les troupes de la ligne au cours des dix années de campagne : l'infanterie et l'artillerie dans la première, la cavalerie dans la seconde (carabiniers, cuirassiers, dragons, chevau-légers, chasseurs et hussards).

Dix personnages complets dont un à cheval sont représentés dans de grandes vitrines : un général à l'ordonnance de l'an XII (1804) et cinq officiers et soldats de la Garde impériale : grenadier à pied, officier de chasseurs à pied, chasseur à cheval en petite tenue d'escorte, officier de dragons, officier d'artillerie et quartier-maître du bataillon de marins.

Le général de la Riboisière et son fils Ferdinand
Le général de la Riboisière, commandant l'artillerie de la Grande Armée, mort d'épuisement à le fin de la retraite de Russie. Son fils Ferdinand, officier de carabiniers, tué à la bataille de la Moskowa, le 7 Septembre 1812 ( Miniatures sur ivoire)

 

page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5

Suivez nous

© 1997-2012
Conflits & Stratégie
Tous droits réservés