Histoire du château de l'Empéri

page 1 - page 2 - page 3

 

XVIIe siècle à nos jours

Du début du XVIIe siècle à la Révolution, le château connaît une existence paisible, seulement troublée par le passage d’hôtes illustres. En 1638, il sert de prison au prince Casimir de Pologne. Sous Louis XIV, le prince archevêque François Adhémar de Monteil de Grignan, conseiller du roi, marque la ville et la Provence de sa personnalité au cours du plus long épiscopat de l’histoire d’Arles (1643-1689).


Aquarelle représentant le château de l'Empéri et ses environs en 1791

Par la loi du 2 novembre 1789, l’Assemblée Nationale Constituante ordonne la confiscation de tous les biens ecclésiastiques. Mis en vente, le château est racheté par la commune de Salon-de-Provence. Son délabrement fait qu’il est question un moment de raser les tours et le crénelage pour faciliter l’entretien. La tour centrale ou Tour Vieille, la plus ancienne, est cependant la seule détruite. D’importants travaux de rénovation sont entrepris entre 1806 et 1814.

L’édifice devient un bâtiment administratif. Puis sous l’Empire, il sert de gîte d’étapes pour les conscrits provençaux. Après Waterloo, une garnison anglaise l’occupe provisoirement.

En 1831, la municipalité de Salon propose de créer une garnison permanente au château. En 1832, c’est chose faite et les régiments se succèdent. Toutefois, des capacités d’hébergement réduites conduisent à la construction d’une caserne dans l’avant-cour où le fossé est alors comblé. Cette amélioration parmi d’autres s’avère pourtant insuffisante et défigure le château. A partir de 1875, la garnison est d’ailleurs réduite à de simples dépôts.

Le tremblement de terre meurtrier qui frappe la Provence, le 11 juin 1909, n’épargne pas le château de l’Empéri. Il subit d’importants dommages. La courtine Est s’écroule sur une longueur de 15 mètres, les toitures et les plafonds s’effondrent, les murs se lézardent. Cependant, les quatre tours résistent même si celle du pigeonnier est décollée du corps du bâtiment et si la tour Rostang de Cabre comporte d’importantes fissures.

La première est détruite à l’explosif par le génie le 22 juin et écrase dans sa chute l’aile Nord du château. D’autres destructions sont opérées sans plus de discernement. En 1916, on rase la tour Rostang de Cabre. Le château est alors inhabitable et désolé.


Restauré, Le château de l'Empéri domine aujourd'hui la ville de Salon-de-Provence
et abrite le musée d'art et d'histoire militaires de l'Empéri.

Désormais classé monument historique, le château va renaître grâce à l’action de l’association des Amis du vieux Salon, fondée par Jean Blanchard. Dès 1926, la restauration commence par quelques salles qui vont accueillir le musée du Vieux Salon. La cour d’honneur retrouve son aspect primitif. Ces travaux continuent après la Seconde Guerre mondiale avec la remise en état des bâtiments Est.

En 1967, le musée du Vieux Salon déménage. Le château de l’Empéri reçoit les Collections Raoul et Jean Brunon. Acquises par le musée de l’Armée des Invalides, à Paris, elles sont mises à la disposition de la ville qui créé un musée d’Art et d’Histoire militaires. Leur richesse rend nécessaire une nouvelle campagne de restauration. Menée par la municipalité, avec le concours des Monuments historiques et des Musées de France, elle dure de 1973 à 1977.

Malgré les résultats obtenus, il reste néanmoins beaucoup à faire pour que l’ancien palais forteresse retrouve son altière silhouette d’antan. La restauration du crénelage et la reconstruction de la tour du pigeonnier apparaissent comme les priorités du deuxième

 

page 1 - page 2 - page 3

Suivez nous

© 1997-2012
Conflits & Stratégie
Tous droits réservés